Purificateurs d’air à l’ozone

 Dans Actualité, Environnement
Essentiel à la survie de notre planète dans la haute atmosphère, l’ozone est nocif si nous le respirons, même en quantités infimes. Il irrite le système respiratoire et les yeux, provoque de la toux, des difficultés respiratoires, et réduit la capacité pulmonaire. Sommes-nous pleinement conscients du mode de fonctionnement des purificateurs d’air et des risques liés à l’inhalation d’ozone ?

Tout d’abord, qu’est-ce que l’ozone ?

L’ozone est une molécule composée de trois atomes d’oxygène. C’est un gaz hautement réactif, instable et toxique. L’ozone au niveau du sol est un composant majeur du smog photochimique qui sévit dans les grandes villes pendant l’été. Il existe également une couche d’ozone en altitude, appelée ozone stratosphérique, qui nous protège en réduisant la quantité de lumière ultraviolette qui pénètre dans l’atmosphère terrestre. Cette couche d’ozone bénéfique ne doit pas être confondue avec l’ozone nocif qui se trouve au niveau du sol.

Comment est-il utilisé ?

La plupart des appareils de purification de l’air affirment qu’ils tuent les virus, les bactéries, les moisissures et qu’ils éliminent même les contaminants chimiques et les odeurs. Cependant, des études [1] ont montré que, lorsque les concentrations d’ozone sont inférieures aux normes sanitaires [2], il n’élimine pas efficacement les contaminants biologiques. L’ozone n’élimine pas non plus les particules (par exemple la poussière et le pollen) de l’air, y compris les particules responsables de la plupart des allergies. Les recherches montrent également que l’ozone généré par les purificateurs d’air n’élimine pas vraiment les polluants chimiques. En réalité, il a été constaté que l’ozone réagit avec les produits chimiques présents dans l’air pour créer d’autres polluants toxiques, notamment le formaldéhyde et des particules ultrafines.

Les purificateurs d’air à l’ozone se vendent également dans le but d’éradiquer les odeurs, le fait est que l’ozone aurait plutôt tendance à les masquer qu’à les éliminer. Les concentrations d’ozone inférieures aux normes sanitaires ne seraient pas efficaces pour éliminer les nombreux produits chimiques responsables des odeurs. Les odeurs auraient donc tendance à être plus masquées qu’éliminées, diminuant la capacité d’une personne à détecter des niveaux d’ozone élevés.

Quelles sont les recommandations des autorités sanitaires ?

Il est essentiel d’informer que l’utilisation de certains dispositifs de purification par l’ozone peut entraîner une dégradation de la qualité de l’air intérieur suite à une dégradation incomplète des polluants, conduisant à la formation de composés potentiellement plus nocifs que les composés traités. Leur efficacité et leur sécurité concernant la santé des utilisateurs (en particulier les sujets allergiques et/ou asthmatiques) n’a pas encore été démontrée à ce jour, il serait nécessaire d’évaluer en conditions réelles l’impact de leur utilisation sur la qualité de l’air intérieur.

Il est souvent rappelé que la méthode la plus efficace pour réduire l’exposition aux polluants de l’air intérieur est la prévention. La première étape est de ventiler et d’aérer les espaces intérieurs, puis, il est également possible de limiter la pollution de l’air intérieur en :

  • Entretenant régulièrement le chauffe-eau
  • Luttant contre les acariens
  • Choisissant des produits ménagers non polluants.
  • Installant des ventilateurs d’extraction pour les équipements producteurs d’ozone (photocopieurs, etc.) et ne pas placer ces derniers dans de petits espaces confinés.
  • Entretenant toujours correctement les équipements de bureau et industriels et les systèmes de traitement de l’air.
  • Utilisant des produits de nettoyage et d’entretien qui ne contiennent pas de grandes quantités de composés organiques volatils.

Quelles sont les conséquences sur la santé liées à l’exposition à l’ozone ?

L’utilisation de dispositifs émettant de l’ozone peut éventuellement aggraver les pathologies des asthmatiques, mais peut également causer des dommages sur le système respiratoire de personnes n’ayant pas de pathologies préalables :

  • Altération des cellules des poumons et des voies respiratoires
  • Irritation et inflammation de la muqueuse du système respiratoire
  • Toux, oppression thoracique et essoufflement
  • Développement de l’asthme
  • Respiration difficile

De plus, une exposition élevée à l’ozone [3] peut causer des dommages permanents aux poumons et une exposition répétée peut même augmenter le risque de décès chez les personnes déjà en mauvaise santé.

Quelles informations retenir ?

La réglementation européenne fixe un objectif d’exposition quotidienne moyenne à l’ozone de moins de 60 ppb, bien en dessous de la concentration émise par un générateur d’ozone. Les purificateurs d’air à l’ozone doivent donc être utilisés dans des environnements professionnels plutôt que dans un contexte domestique.

Pour l’instant, aucune norme n’a été mise en place pour justifier l’efficacité des produits de purification de l’air, mais quel que soit l’appareil utilisé, il est important de les entretenir, afin qu’ils n’entraînent pas de détérioration de la qualité de l’air.

Airzone ne fabrique pas et ne distribue pas de produits de purification ou de désinfection de l’air. Cet article à été rédigé à des fins explicatives, suite à des recherches effectuées concernant les cinq technologies les plus courantes de désinfection de l’air présentes sur le marché : l’ozone, les rayons UVC, l’oxydation photocatalytique, l’ionisation et la filtration électrostatique.

Articles récents

Laissez un commentaire